Coupe du Monde du 3 janvier 2015

Coupe du Monde du 3 janvier 2015

MAGIQUE

Du jamais vu! Les participants ont dominé de la tête et des épaules les équipes contrôlées par la console. L’I.A a souffert comme jamais face à des humains tous préparés à la perfection pour faire bonne figure dans la compétition la plus relevée du monde.

Sur les 10 joueurs engagés un seul ne passera pas le premier tour.

A la surprise générale Brahim va s’écrouler dès les phases de groupes.

Déjà auteur de trois défaites consécutives lors de la dernière coupe du monde il enchaine de nouveau avec 3 revers ce soir.

Zéro point en 2 coupes du monde d’affilé DJ BB friand de statistiques ne parlera certainement jamais de ces 6 défaites subies en autant de rencontres.

Il passera sa soirée à nous rappeler ses 2 victoires en coupe du monde pour masquer son élimination aussi rapide qu’une étoile filante.

Ce soir Brahim nous fait penser à Jean Michel LARQUET qui reparle sans arrêt de l’époque de Saint Etienne des années 70.

Il doit cesser de vivre dans le passé et écrire de nouvelles page pour fructifier son palmarès qui stagne depuis des années.

Soulignons qu’il fut irréprochable dans la gestion de la cuisine et que le coté gustatif a été géré à merveille, il terminera ensuite la soirée avachi dans un coin du stade en attendant la fin de la compétition qui doit paraitre éternelle lorsque l’on est éliminé dès 21h30.

8éme de final

Mathieu sera le second humain de la soirée à passer à la trappe.

Victime de la belle formation Japonaise il ne fera pas connaitre des jours meilleurs à l’équipe d’Espagne. Incapable de hausser son niveau de jeu, la coupe du monde fut bien triste pour le Foncoin. Un échec cuisant quand on joue la victoire finale.

Pendant ce temps…. Ca passe pour Rachid qui monte en puissance, Jimmy produit un jeu alléchant et sort la solide équipe de Belgique.

Mika se défait de la Serbie et Gui élimine certainement l’équipe de l’I.A la plus dangereuse, le Portugal.

Alexandre grâce à une bonne entame de match va se débarrasser de Madzo qui effectuera un réveil trop tardif, la Colombie élimine les Pays bas.

Pourtant 1er de son groupe Madzo peut avoir d’énormes regrets de ne pas être mieux rentré dans le match. Son réveil trop tardif ne suffira pas.

Fandzy qui était parmi les sérieux outsiders en vue de ses matchs de préparation sa fera sortir de justesse par Olivier.

Il ne manquait pas grand chose à la fripouille pour se sortir du traquenard Uruguayen, hélas Olivier plus expérimenté aura le dernier mot dans ce dernier 8éme de finale.

QUART DE FINAL

Jimmy-Alexandre, une histoire de feuille……..

Le brésil entier est ébahi, le début de match de sa sélection frôle la perfection.

Jimmy produit un jeu flamboyant, est ce vraiment lui qui tient la manette ?

Des redoublements de passes fluides et précis, des actions dans la zone de finition menées à la baguette, une défense impassable, la première partie de la rencontre se solde sur un 2-0 en faveur du maitre brésilien Jimmy.

Alex dépassé dira même à haute voix «  c’est mort je n’y arriverai pas »

Technique de la pitié ? Réel sentiment d’impuissance ? Jimmy est à un cheveu de battre son record et d’accéder au dernier carré de la compétition.

Poussé par tout le peuple Colombien Alex va se sublimer en seconde période, 2-1, 2-2, Jimmy recule, tremble, ses mains ont attrapé la maladie de Parkinson.

« L’imposture » est méconnaissable, plus proche de son coté Congolais que du coté Brésilien il panique et n’arrive plus à aligner 3 passes.

Alex sur de son football fera le travail et ajoutera un 3éme but.

La suite verra Jimmy revenir à l’arraché avant qu’il ne s’effondre en prolongation.

Plus que des regrets, le Brésil qui avait pourtant le match en main rentre au pays, Alex semi miraculé s’offre une place dans les 4 meilleures nations du monde.

 

Mika-Rachid, duel déséquilibré sur le papier car l’italien à la tête de son pays rencontre le dernier dés derniers Rachid.

Mika ouvrira le score et aura plusieurs opportunités de doubler la mise.

Le match se déroule sans accros pour l’homme à lunette, tous le monde pense que le score sera doublé et que l’Italie va se qualifier tranquillement pour les demis finals.

C’était sans compter super-Raich !

Il n’a pas hésité à découper son équipe nationale de cœur le Maroc lors des groupes.

Son regard devient d’un coup vide et volcanique. Il égalise et double le score immédiatement.

Extraordinaire ! En l’espace de quelque instant il renverse la vapeur et est propulsé dans le dernier quatuor du mondial !

Hallucinant ! Ou s’arrêtera-t-il ? Cette chèvre mondialement connue déjoue les probabilités footballistiques.

Mika n’arrive pas à le croire, mais comment a-t-il fait pour perdre ce match ?

Gui opposé au Japon fait chavirer de bonheur sa patrie Argentine, il élimine les asiatiques et s’offre une possibilité de victoire finale.

Olivier passe de justesse face à Zlatan et sa bande.

Le dernier carré est prêt à en découdre…….

Demis finals

Alex-Gui

Après Madzo 6éme mondial, Jimmy 9éme mondial, s’est autour de Gui 8éme mondial d’affronter Alex.

Vernis par ce tirage KIK a l’occasion d’atteindre la finale de la coupe du monde en ayant éliminé que des souillons.

Un grand joueur ne fait pas 2 fois la même erreur, Alex qui s’est fait très peur contre Jimmy, va punir, fouetter, pulvériser Gui, 7-2 dans un match à sens unique.

Gui s’est fait laminer comme un rat dans un laboratoire scientifique.

Une fessée – déculottée à ce niveau de la compétition, s’est tout simplement du jamais vu.

Gui est tout de même à féliciter, ce n’est pas tous les jours que l’on arrive en demi final d’une telle compétition.

Sa participation fut belle et passionnante, hélas cette baffe cinglante en demi ternie un peu son bon parcours.

Olivier-Rachid

Le premier contre le dernier mondial.

Sans complexe Rachid va faire mieux que se défendre, il atteint la mi-temps à 0-0, tous les espoirs son permis pour l’homme coté à 10000/1.

Rachid va beaucoup reculer en seconde période, mais il va exploiter des situations de contres à merveille, il ouvre le score contre toute attente.

Sans suit un match de ping-pong, les deux équipes sont coupées en deux, on va d’un but à l’autre.

Olivier fort de son expérience égalisera, Rachid ne se laisse pas impressionner et plante un second but.

Le match devient complètement débridé, le public se régale, les occasions se multiplient.

A ce petit jeu Olivier sera le plus fort 2-2 puis 3-2, Hernandez le remplaçant de luxe Uruguayen fait parler son talent et crucifie l’Allemagne.

Rachid la larve de la communauté a été royal ce soir.

Exploit isolé ? Miracle ? Jamais un denier mondial n’a réussit une aussi belle prestation lors d’un mondial, il explose son record personnel et pourra se vanter ce soir d’avoir été demi finaliste d’une coupe du monde, bravo.

 

urugya colombie

Finale

ALEX-OLIVIER

La finale de la 20éme édition de la coupe du monde peut démarrer.

Un match haletant, indécis, une bataille féroce, les deux finalistes de ce soir peuvent être fières du spectacle offert à la communauté.

La partie sera très équilibrée en première période, à jeu égale Alex ouvrira le score d’une tête de toute beauté.

La seconde période sera une toute autre histoire, Olivier effectuera une domination totale sur son adversaire égalisant logiquement vers l’heure de jeu.

Alex en grande difficulté refuse d’abdiquer, des interventions défensives d’une justesse technique de haut niveau bloqueront les attaques incessantes de Forlan et compagnie.

Quand Alex est trop court OSPINA l’héroïque portier Colombien sauvera la baraque.

Olivier même réduit à 10 contre 11 continuera ses assauts répétés.

Aucun autre but ne sera inscrit lors des 120 minutes de jeu. La dernière partie du match aura vu un Alexandre déterminé à ne pas encaisser le but qui lui aurait fait perdre tout espoir de soulever sa première coupe du monde.

OSPINA a multiplié les arrêts pour maintenir son équipe à flot, inutile de rappeler les 2 pénaltys manqués par Olivier au cours du temps réglementaire.

ospina

A chaque fois OSPINA détournera les tentatives, dont une double parade phénoménale lors du second péno.

Le stade avait déjà levé les bras mais saint OSPINA joue les magiciens.

Comme si c’était écrit la séance de tir aux buts couronnera la Colombie sans aucune difficulté.

Impuissant dans cet exercice Olivier s’incline. Alex sort de son banc et exulte, c’est fait après tant d’attente, il brandit sa première coupe du monde.

Il entamera un tour de terrain mémorable sous le regard envieux des participants éliminés au cours de cette fabuleuse soirée riche en rebondissement.

victoire

Quant on remporte une telle compétition on devient un héros national, les groupies veulent toucher la coupe, certains joueurs sans fierté en feront de même aux lieux de rester digne et de se contenter d’applaudir.

Les photos se multiplient, toute la Colombie est en fête, les rue de BOGOTTA sont noir de monde.

Alex remporte le graal, impossible d’obtenir une interview tant les sollicitations dont il fait l’objet sont importantes.

1 an après sa finale perdue il prend une sacrée revanche sur le destin.

Avec la modeste équipe de  Colombie ses chances d’arriver au bout étaient vraiment minces.

Les marabouts sud américain lui offrent un tirage au sort en or pour se hisser jusqu’en finale.

Il ne faut pas oublier d’associer à sa victoire le fantastique gardien de but OSPINA qui était en état de grâce durant la finale.

Olivier va certainement se remémorer longtemps ses occasions manquées et surtout ses deux pénalty non transformés.

A ce niveau-là de la compétions c‘est tout simplement interdit.

La presse ne remet pas en cause la victoire d’Alex mais l‘entraineur Colombien a certainement conscience que c’est plus Olivier qui a perdu cette finale que lui qui l’a gagné.

Kik quitte le stade avec le trophée sous le bras, avec son nom gravé « ALEX 2015 »

peuple colombie

Cette victoire avec la Colombie est l’un des plus beaux exploits jamais réalisé, la 20éme coupe du monde s’envole pour l’Amérique du sud dans les bagages du champion du monde en titre ALEXANDRE accueilli en héros par la famille Escobar.

Commenter

comment-avatar

*